Agenda 21

Vouloir vivre un monde meilleur est certainement une aspiration universelle. Si un monde idéal est une utopie, un monde meilleur est quant à lui toujours possible. Un Agenda 21, c'est un peu cela, une vision progressiste et collective de notre vie en société. Reste à se mettre d'accord sur ce qu'est un monde meilleur !
 
Les élus de La Buisse ont souhaité inscrire l'Agenda 21 comme l'un des piliers de leur action, et ce depuis 2008. Il ne faut pas s'y tromper : l'Agenda 21 n'est pas un plaidoyer écologiste, mais davantage la recherche d'un juste équilibre entre les composantes sociales, économiques et environnementales de notre vie de village.
 
Cet article vous propose d'une part de vous présenter les principales notions d'un Agenda 21, d'autre part de vous rappeler la démarche réalisée par le Pays Voironnais à l'échelle du territoire intercommunal et enfin de vous inviter à participer aux travaux de la commission Agenda 21 de La Buisse.
 
Un Agenda 21, qu'est-ce que c'est ?
 
Commençons tout d'abord par quelques définitions. L'Agenda 21, qu'est-ce que c'est ? D'où est-ce que cela vient ?
 
La notion d'Agenda 21 est héritée du Sommet de la Terre qui s'est tenu en 1992 à Rio. Elle est directement liée à une autre notion fondamentale : le développement durable. Agenda 21, cela signifie littéralement « ce que nous inscrivons dans notre agenda pour répondre aux enjeux du 21ème siècle ». Il s'agit donc d'un programme d'action. Mais il s'agit aussi de répondre aux enjeux d'aujourd'hui et de demain, de s'inscrire dans une vision à long terme.
 
Le Sommet de la Terre de 1992 est le symbole d'une prise de conscience de la communauté internationale concernant l'impact des activités humaines sur notre planète. C'est tout notre « modèle de développement » qui est alors mis en cause, celui-ci n'est plus supportable pour notre planète : trop de ressources consommées, gaspillées, trop de pollutions engendrées. Il faudra donc que ce développement devienne plus « soutenable » comme le diront les anglophones, ou autrement dit plus « durable ».
 
La toute première définition du développement durable, la définition originelle en quelque sorte, date de 1987 :
 
« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. »
 
Pour illustrer cette définition, nous vous proposons également de retenir une citation (attribuée à Antoine de Saint-Exupéry) :
 
« Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants. »
 
Penser global, agir local
 
Le défi majeur du développement durable est que le mode d'emploi n'est pas fourni avec. Il faut donc que chacun s'empare du sujet et que chacun apporte sa propre contribution. La réponse aux enjeux globaux se trouve dans les solutions qui pourront être mises en place localement. Derrière cet adage se cache l'émergence d'une nouvelle gouvernance : ce sont les acteurs locaux (nous tous) qui, en s'impliquant, ont le pouvoir de faire changer les choses. Qu'en ferons-nous ? A nous tous d'en décider.
 
Sébastien Bénard,
Conseiller délégué à l’agenda 21
 

L'AGENDA 21 DU PAYS VOIRONNAIS

De 2010 à 2012, le Pays Voironnais a élaboré un Agenda 21 local, à l'échelle du territoire intercommunal. Cette démarche s'est appuyée sur la mobilisation de citoyens volontaires et de nombreux acteurs socio-économiques, à qui il a été demandé de contribuer à l'élaboration d'un programme d'actions en faveur d'un développement local plus durable.
 
C'est à l'aide d'un diagnostic de notre territoire et d'une vision à long terme que les actions les plus cohérentes ont pu être retenues. Bien évidemment, le programme d'actions issu de cette démarche ne peut pas être considéré comme la réponse ultime, exhaustive, à tous les enjeux de long terme auxquels nous sommes confrontés. Il correspond davantage à un premier pas, marquant la volonté de mieux considérer l'impact global de nos actions. Ainsi, le programme d'actions d'un Agenda 21 est voué à constamment évoluer : de nouvelles  actions seront régulièrement définies et inscrites.
 
Le programme d'actions de l'Agenda 21 du Pays Voironnais compte actuellement 71 actions, dont la majeure partie correspond à l'engagement de la Communauté d'agglomération. Chacun peut devenir contributeur de cette démarche globale et définir les actions de développement durable qu'il est prêt à réaliser à son échelle, alors agissons ensemble !
 

L'AGENDA 21 DE LA BUISSE

Dès 2008, les élus de La Buisse ont souhaité agir en faveur du développement durable, parallèlement à la démarche engagée par le Pays Voironnais.
 
Le précédent mandat aura ainsi été marqué par la mise en place de nouvelles méthodes de travail, notamment basées sur la concertation. L'ensemble des projets de la commune est désormais concerné. Le développement durable devient donc une culture commune à partager avec le plus grand nombre. De nombreuses actions concrètes, comme par exemple la recherche d'économies d'énergie dans les bâtiments, ont d'ailleurs déjà pu être réalisées grâce à la mobilisation et l'implication des agents communaux.
 
L'enjeu que se sont donné les élus pour ce nouveau mandat est de poursuivre la dynamique existante et de la prolonger en suscitant l'engagement des Buissards. La commission Agenda 21, pilotée par Sébastien Bénard, réunit les élus et les habitants volontaires afin de faire vivre cette ambition. Cette commission est ouverte à tous : vous pouvez donc y participer si vous le souhaitez (pour cela, s'inscrire en mairie auprès d’Angélique Marseille-Benguedouar).
 

Le soleil brille sur nos toitures !

Et si vous participiez au financement citoyen d'une centrale solaire photovoltaïque ?
 
Une centrale solaire photovoltaïque constitue une alternative locale et renouvelable à la production d'électricité. Considérant que nos enfants sont notre avenir, nous souhaitons équiper d'une installation de ce type la toiture de l'un des bâtiments publics fréquentés par les écoles.
 
Si notre projet est d'une taille relativement modeste (environ 60 m²), notre ambition serait que son financement vous soit ouvert. Nous souhaitons en effet démontrer qu'en mettant en commun nos moyens, nous pouvons concrétiser des projets que chacun d'entre nous ne pourrait faire seul.
 
D'autres projets de ce type ont déjà été réalisés en France. Vous trouverez ci-dessous des liens vous permettant d'en savoir davantage sur ces projets :
 
www.energie-partagee.org
www.centralesvillageoises.fr
 
Au printemps 2015, nous vous proposerons une soirée débat sur ce sujet.
 

Extinction de l'éclairage public : apprécions la nuit noire !

Cela fait maintenant trois mois que nous avons mis en place l'extinction nocturne de l'éclairage public de la commune. Bien évidemment, cette mesure ne s'applique qu'une partie de la nuit de façon à limiter la gêne que l'absence d'éclairage pourrait provoquer.
 
La Buisse n'est pas à l’avant-garde sur ce sujet. En effet, depuis le Grenelle de l'Environnement de 2009, ce sont plus de 6 000 communes qui éteignent leurs rues au milieu de la nuit.
 
Nous avons choisi de réduire la durée d'éclairage pour deux raisons principales :
 
· parce que l'éclairage public constitue la principale dépense de la commune en électricité et que pratiquer une extinction de   5 heures par nuit permet de diviser par deux la facture.
· parce que l'éclairage public génère un important gaspillage d'énergie ainsi qu'une pollution lumineuse, nocive pour la faune nocturne.
 
Outre le fait que cette disposition a un impact bénéfique sur nos rythmes biologiques, donc sur notre santé, il est désormais démontré que l'extinction de l'éclairage public est un facteur positif en terme de sécurité contrairement à certaines idées reçues. En effet, lorsque l'éclairage public est éteint, il a pu être constaté que les véhicules circulent moins vite et qu'ils sont impliqués dans moins    d'accidents. Par ailleurs, très peu de cambriolages ont lieu la nuit (20 %) : ceux-ci sont essentiellement perpétrés en journée, lorsque  les résidents sont absents. D'ailleurs, la gendarmerie de Voreppe, qui reste vigilante, confirme qu’elle ne constate pas d’augmentation significative du nombre des actes de délinquance à La Buisse depuis le mois de novembre.
 
Toutefois, la prudence de tous doit rester une priorité, aussi des panneaux d'information à l'intention des automobilistes seront prochainement installés aux entrées de la commune. De même, les piétons sont invités à se munir en cas de déplacement nocturne d'équipements permettant de mieux voir et de mieux être vus.
 
Courant décembre, nous avons reçu une délégation de Buissards inquiets de cette
nouvelle mesure. Suite à ces échanges, nous avons décidé d'adapter les horaires
d'extinction afin de mieux tenir compte des circulations piétonnes en soirée. Ainsi,
le centre bourg reste désormais éclairé jusqu'à minuit.
 
Horaires d'extinction nocturne de l'éclairage public :
dans les hameaux : de 23 h à 5 h
dans le centre bourg : de 00 h à 5h - exception, rue des écoles de 00 h à 3 h 30
 

Centrale solaire : Passage de Témoin

En début d'année 2015, la commission municipale Agenda 21 lançait l'idée d'une centrale solaire photovoltaïque citoyenne, pour développer l'idée "de faire ensemble" sur le principe des centrales villageoises.

Ainsi, dès le mois de janvier, elle a sollicité une étude d'opportunité auprès de l'AGEDEN pour trois bâtiments publics : l'école, la salle socio-éducative et la salle polyvalente. S'en suivent deux réunions avec des acteurs invités présentant des structures adaptées à ce type de projets et deux sociétés ayant réalisé des projets similaires en Ardèche.

A l'issue de la réunion de septembre, sept citoyens se proposent pour définir les statuts 8 faisabilité technique, établir une charte éthique et étudier la viabilité financière. De là naît Buxia Énergies, Société par Actions Simplifiée à gouvernance coopérative avec huit actionnaires initiaux.

Buxia Energies est une société à capital variable qui collectera les fonds citoyens pour réaliser au moins quatre centrales dont elle assurera l’exploitation.

Les premières estimations montrent en effet qu'il faut au moins quatre centrales pour assurer la pérennité de l’entreprise. Et deux projets sont prévus pour 2016. L'un d'eux sera l'équipement du toit de la salle socio-éducative.

Pour rejoindre le projet ou pour plus d'informations :

- page Web : www.buxia-energies.fr, vous y trouverez les documents clefs à télécharger ainsi qu'un formulaire d'adhésion,

-  par courriel : contact@buxia-energies.fr

- par courrier : Buxia Énergies – 125, Rue de la grande montée 38500 LA BUISSE.